Loading...

mardi 28 janvier 2014

CRITIQUE DU LIVRE " GUN MACHINE" DE WARREN ELLIS AUX EDITIONS DU MASQUE

John Tallow est un flic new-yorkais typique : célibataire, désabusé, plus trop dans le coup. Son équipier de toujours, lui, c'est le bon flic, celui que tout le monde aime. Ils sont appelés pour intervenir dans un immeuble décati de Pearl Street, où un forcené en surpoids nu comme un ver hurle et tire sur tout ce qui bouge dans la cage d'escalier. Rosato monte le premier, se fait exploser le cerveau devant Tallow, impuissant, qui est éclaboussé des restes gluants et visqueux de son co-équipier. Fou de rage, il décharge son flingue sur le forcené et défonce en même temps le mur d’un appartement. Quand les techniciens de scène de crime arrivent sur place, ils tombent nez à nez avec une centaine d'armes, fixées sur les murs, du sol au plafond... Des armes qui semblent correspondre à des meurtres non élucidés. Convoqué par sa supérieure, Tallow se fait passer un savon. Le meilleur flic de la brigade est mort et les voilà avec un arsenal d'armes relié à des cold cases sur les bras. Sa punition : démêler l’affaire avec pour seule aide deux bras cassés. Une journée qui commence très mal...

CRITIQUE:

Attention,ce livre est un petit bijou de polar bien british!!!
GUN MACHINE est une perle jubilatoire qu'on ne lache pas une seule seconde grâce à cet humour dévastateur et une intrigue bien construite!!!
A Lire de toute urgence...

lundi 27 janvier 2014

CRITIQUE DU LIVRE " LE JEU DE L'ASSASSIN" DE NILS BARRELLON AUX EDITIONS CITY



Le cadavre d’une femme poignardée avec une violence extrême est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Elle n’est que la première victime d’une longue liste. A chaque fois, les proies sont des prostituées dont le tueur sème les corps dans différents quartiers populaires de Paris.

Des meurtres sordides sans motif apparent. Le commissaire Kuhn n’a pratiquement aucun indice et l’enquête s’enlise. Jusqu’à ce que le meurtrier fasse en sorte que l’on retrouve sa trace. Il relance la partie dans un jeu macabre avec la police. Un jeu de piste infernal au dénouement inattendu…
Il assassine sans pitié. Et Paris est devenu son terrain de jeu.
CRITIQUE:
LE JEU DE L'ASSASSIN est un thriller trépidant de suspense ou un nouveau maitre du thriller est né avec cet ouvrage...
Le commissaire Kuhn doit faire face à un adversaire redoutable en laissant des indices macabres à la police!!!
Ce livre est impossible à lacher et captivant  grâce a un humour décapant et grinçant du commissaire Kuhn dans cette course du serial killer de la capitale...


lundi 20 janvier 2014

CRITIQUE DU LIVRE " FILS DE SAM" DE MICHAEL MENTION AUX EDITIONS RING

ETÉ 1977, BIENVENUE À NEW YORK : SA JEUNESSE. SES DISCOTHÈQUES. SON SERIAL KILLER ».

Été 1977. L’Amérique croit avoir tout subi : assassinat de JFK, émeutes, fiasco au Vietnam, crise économique. Meurtri dans sa chair et saigné dans ses ambitions, le pays est à genoux. New York aussi, soumise à une canicule sans précédent, au blackout et à son bourreau.

Un tueur mystérieux qui rôde la nuit et décime la jeunesse avec son revolver. Un prédateur unique dans la sphère des tueurs en série, défiant les autorités, les médias et le pays tout entier. Cette affaire criminelle a fait l’objet d’un film, Summer of Sam, réalisé par Spike Lee avec Adrien Brody, mais tout n’a pas été exploré...

Pour la première fois en France, un auteur retrace cette stupéfiante enquête, méconnue en Europe, à travers de nouveaux axes d’investigations. Entre document et thriller, Fils de Sam vous fait revivre la croisade du « Tueur au calibre .44 » à la faveur de nombreux documents et photos qui en font bien plus qu’un livre : un ouvrage qui se lit comme un film, en immersion dans la tête de l’un des tueurs les plus complexes. Une plongée au cœur des États-Unis du rock au disco, du L.S.D. à la C.I.A., d’Hollywood au satanisme… portrait d’une nation à travers l’un de ses exclus, devenu icône des serial killers.

CRITIQUE:
Attention,les éditions Ring nous font découvrir une pépite noire avec cet essai qui se lit comme un polar "FILS DE SAM" de Michael Mention !!!
L'auteur se mets dans la peau d'un tueur en série dans l' Amérique des années 70 ou il résume avec une documentation exemplaire et sans faille qui permets de découvrir un pan de l'histoire des Etats-Unis...
Une vision dynamique et captivante d'un jeune auteur très prometteur, a lire de toute urgence!!!

lundi 13 janvier 2014

CRITIQUE DU LIVRE "CHRONIQUES DES OMBRES" DE PIERRE BORDAGE AUX EDITIONS AU DIABLE VAUVERT

Après la guerre nucléaire, une pollution mortifère a confiné la partie privilégiée de la population mondiale dans des mégapoles équipées de filtres purificateurs d'air. La plupart des capitales sont désormais regroupées en Cités Unifiées. NyLoPa, la plus importante et stable des CU, réunit New York, Londres et Paris et compte 114 millions d’habitants.
Les citoyens sont équipés d’une puce d’identité et la sécurité est assurée par une armée suréquipée qui fait office de police, les fouineurs, sorte de super détectives, un corps spécial composé d’individus sélectionnés pour leurs capacités analytiques.
Dans ce monde en survie à l’équilibre plus que précaire, des centaines de meurtres sont soudain perpétrés, dans toutes les villes et en quelques minutes, par d’invisibles assassins. On soupçonne une secte d’en être à l’origine, mais l’enquête menée par les fouineurs va les plonger dans un enchevêtrement de complots et de luttes de pouvoir, tandis que les Ombres continuent de frapper de plus belle.
Remontant la piste, les fouineurs vont être entraînés hors des cités, dans le « pays vague », à l’extérieur du monde civilisé, le lieux inconnu de tous les dangers…

CRITIQUE:
Pierre Bordage nous montre avec une maitrise absolu le suspense et un sens du rythme implacable pour le lecteur, car l'auteur sait manier les chapitres avec dextérité en alternant les différentes intrigues sans perdre un instant son lectorat...
En Conclusion: PIERRE BORDAGE NOUS DEMONTRE QU'IL EST LE NOUVEAU MAITRE DU FEUILLETON DU 21EME SIECLE!!!