Loading...

lundi 1 avril 2013

LA FEMME QUI VALAIT TROIS MILLIARDS DE BORIS DORMAK AUX EDITIONS RING

Le vieux Almayer aimerait sombrer dans l’éther et l’alcool : et oublier. Mais un ancien agent du Secret Service ne peut espérer une retraite paisible. « Al » se voit contraint d’accepter une dernière mission : retrouver la fille de son commanditaire, le richissime et abject Rick Hilton. Cette mission il ne saurait la refuser, Al était jadis le garde du corps de Paris… disparue il y a dix ans.

Six mois auparavant, dans un hôtel abandonné du vieux Bruges, le cadavre d’une jeune femme splendide est découvert. C’est le jeune lieutenant Borluut de la police Royale qui se charge de l’affaire. La mise en scène est macabre et a tout du rituel mystique : la victime a été méticuleusement embaumée selon une tradition du fond des âges, celle dite des momies du Tophar. L’autopsie soulève un autre mystère : le corps renferme un deuxième ADN. Celui de Paris Hilton.

Borluut va rapidement se heurter à l’administration américaine, à la CIA, subir les affres d’une traque sans fonds : Il restera 72h cadenassé en zone de transit à Los Angeles, souffrira les délires de Boerschin l’égyptologue mégalo qui l’entraînera sur la piste des momies, fera des nuits blanches sur les dossiers du FBI, et remontera le temps jusqu’à la Russie stalinienne et ses secrets d’état mortels.

Almayer interroge d’anciens agents, décortiquent écoutes et vidéos de surveillance mettant en scène un groupuscule nihiliste-terroriste prenant pour cible l’héritière. Al et lui vont remonter la piste Paris, qui va s’avérer tentaculaire et les confronter aux narcotrafiquants mexicains qui ont voulu la peau d’Almayer par le passé, au FBI, et à l’étrange réseau « Redwolf », affolé par la découverte du « fameux » journal intime de Paris Hilton, et les terribles révélations qu’il renferme.

Les deux enquêtes en jeux de miroir déclencheront un véritable ouragan de Los Angeles au Proche-Orient, du Mexique à Saint-Petersbourg, faisant tomber masques et hommes sous les déflagrations de l’inavouable et de l’horreur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire